SUGÈRES Bienvenue dans votre commune !

logo du site
  • SUGÈRES
  • SUGÈRES
  • SUGÈRES
  • SUGÈRES

Accueil du site > Vie locale > Histoire de la commune

Histoire de la commune

Ancienne pompe de Sugères

L’ancienne pompe à bras des pompiers de Sugères a été vendue à une heureux acquéreur passionné qui a su lui redonner vie. Merci à lui de nous avoir envoyé quelques photos qui permettent d’admirer le travail accompli (mai 2017).

Avant :

avant

Après :

apres2

Un meurtre à Sugères !

Incroyable et méconnue histoire de cet homicide qui a eu lieu au début du 20ème siècle dans notre commune. Ou comment une histoire de jalousie tourne mal ...

 

meurtre à Sugères

meurtre1

meurtre2

Extrait de l’ouvrage "1900-1970 histoire criminelle en Auvergne..." (merci à Armelle Hermet pour les sources)

 

Un Trésor dans les murs de l’école

P1090684 Combien savent que se cache dans les murs de l’école publique de Sugères une petite cagnotte ou plus probablement quelques pièces de monnaies anciennes ? C’est sous le mandat municipal d’Antoine Delaire, maire de la commune de Sugères de 1874 à 1894, que fut construite l’école des garçons. A l’époque, la France avait pour président de la République Jules Grévy qui succéda à Mac Mahon. Jules Grévy occupa cette fonction le 30 janvier 1879 jour de son élection, à 1885. C’est aussi le triomphe de la République votée en 1875. C’est également en cette année 1879 que le 14 juillet devient fête nationale et La Marseillaise hymne national. Jules Grévy sera réélu en décembre 1885 est gouvernera la France jusqu’en décembre 1887. C’est aussi l’époque où s’activa au sein de ce gouvernement un homme connu de tous, Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique. Qui eut à cœur de promouvoir l’école pour tous sans distinction de classe sociale mais surtout obligatoire. Mais qui dit école et enseignement dit bâtiment. A Sugères, il est nécessaire de construire un lieu susceptible d’abriter sous un toit tous ces petits sugériens et futurs écoliers. C’est pourquoi, la municipalité de Sugères décide la construction d’un bâtiment d’école. Il sera situé un peu avant l’entrée du bourg, au lieu-dit Petit-Gaillard. Après plusieurs délibérations concernant le projet puis l’obtention des budgets et choix du maître d’œuvre, vient le temps de la construction ; mais surtout la pose de la première pierre que nous relate le procès verbal ci-après. « L’An mil huit cent quatre vingt trois, le vingt juillet, il a été procédé à la pose de la première pierre de la maison d’école de garçons de la commune de Sugères en présence de monsieur Delaire, maire, de M .M. Coupat Antoine Eugène, Esclatine Gabriel, Montagne Félix Gabriel, de Mouillaud Antoine, Hiberty Pierre, membres du Conseil Municipal de la commune de Sugères Canton de St Dier d’Auvergne, Puy de Dôme. Dans ses fondations il a été déposé par lesdits membres du Conseil Municipal des monnaies en billon à l’effigie de la République, et le présent procès verbal a été rédigé pour livrer à la postérité les largesses du gouvernement républicain, si jamais par impossible et par des temps veules, l’édifice venait à être détruit, là prouverait aux hommes de l’époque ce qu’on fait leurs devanciers. La part contributive de l’état a été de 40 000 francs et celle de la commune de 12 000 seulement. Copie de P1130979 C’est sous la présidence de M. Jules Grévy, troisième président de la république et du ministre de l’Instruction publique, M. Jules Ferry que ces largesses ont été obtenues. Aux générations futures d’apprécier et de profiter des bienfaits du gouvernement républicain et principalement de M. Jules Ferry qui a su donner l’élan pour les nombreuses populations à la construction d’école et rendu l’instruction gratuite et obligatoire ce qui permet aux classes pauvres de s’instruire aussi bien que les classes aisées, et dont le nom restera attaché à ces grandes réformes. Fait et dressé le présent procès verbal les jour mois et an que ci-dessus. Signé : Delaire, Montagne, Esclatine, Coupat, Mouillaud, Hiberty » ; billon Les pièces de monnaies déposées dans les fondations lors de la pose de la 1ère pierre sont en billon. Le billon est un alliage d’argent et de cuivre, contenant souvent environ 50% de cuivre, une teneur variable en argent, et auquel est ajouté environ 5 % de plomb. Bien souvent une plus forte concentration en cuivre, 95%, le restant étant constitué de 4% d’étain et 1% de zinc. Cet alliage, de couleur gris pâle, servit à la frappe de pièces dévaluées ayant le même cours que les vraies monnaies en argent, notamment dans le système monétaire romain dans l’antiquité et également en France sous l’ancien régime jusqu’au XIXe siècle. Contrairement à la monnaie d’or et d’argent, il s’agissait de petite monnaie circulant entre les mains du plus grand nombre et dont la valeur numéraire n’atteignait pas la valeur faciale.



Site réalisé avec la solution Web-collectivités de l'ADeP basée sur SPIP